Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 21:59

au debut, il y a un glissement
un glissement du monde et des circonstances
un glissement vers un monde qui n’existe pas
une modification des habitudes et des conventions
un élargissement de certaines perpectives intellectuelles
une résonnance infini de certains sons, de certains mots
un désordre
une accélération
un changement de cap
comme une transformation régie par des lois absurdes

au début il y a cette impression que tout devient plus dur, plus tragique, plus difficile,
que plus rien n’est innocent
il y a cette impression d’entrer dans un monde étranger auquel on ne s’habituera pas
d’entrer dans un monde inconnu et sophistiqué
de devenir un visiteur
un passager
d’être en permanence chassé
d’être en permanence cet intrus injustifié qui s’obstine à s’inviter, qui s’obstine à exister, qui tente de résister, qui tente de s’imposer,
qui tente de se maintenir
et qui n’y parvient pas

au début, il y a l’invention de nouveaux personnages
et de nouvelles règles
passablement esthétiques
plus en accord avec le nouveau monde
et la modernité
d’une épopée tranchante 


au début, il y a cette impression d’une nouvelle existence
d’une nouvelle naissance
dans un monde nouveau
que les autres ne connaissent pas

au début, il y a
ce dénouement des liens
les liens qui nous reliaient à la famille, la société, à la communauté
les liens qui nous tenaient
qui nous tenaient debout

les parents, victimes et coupables, cessent d’être nos parents
et nous, victimes et coupables, cessons d’être leurs enfants

les professeurs cessent de nous enseigner
la transmission est interrompue

le savoir ne passe plus
et c’est une autre savoir, surgi des tréfonds d’une mémoire ancestrale, d’un inconscient trop ambitieux, qui vient s’imposer en guise de science et de connaissance


au début, nous cessons d’être les sujets d’une jeunesse pour devenir les objets d’une maladie

les objets honteux ou fascinants
les objets qui font peur et font dire des bêtises
les objets qui donnent aux mandarins des motifs d’éloquence
des motifs de jouissance
les objets qui font prendre de grandes décisions
des hospitalisations
des couloirs carrelés dans lesquels déambulent avec circonspection d’autres objets aux figures inhabituelles, aux gestes mécaniques, au verbe haut…
les couloirs illuminés de l’institution

au début, nous devenons les sujets de préoccupation de l’institution


au début il y a la fin d’une alliance
la fin d’une reconnaissance
la fin d’une solidarité

c’est le début d’une solitude
d’une solitude définitive
d’une solitude qu’il faudra expérimenter, de long en large et en travers

au début il y a une angoisse atroce et une révolte à la hauteur
au début il y a cette impression que tout a changé et que rien de nouveau ne s’est inventé
au début, il y a cette impression que tout est détruit


au début, tout est nouveau


au début,

avant qu’on s’inquiète

avant qu’on accepte

avant qu’on devienne patient.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cepaduluxe - dans vivre avec
commenter cet article

commentaires

marabou 15/09/2015 14:50

BONJOUR
je suis la pour vous servir
Apres plusieurs années d'initiation, dans tous domaines de la vie,et
détenant également des dons spéciaux.
Je suis un Grand mage, grand prête initié auprès des vénérables
grands maîtres HINDOUS, maître en Travaux occultes, grand voyant,
grand sorcier, PARAPSYCHOLOGIE-VOYANT,DIPLÔME EN SCIENCES OCCULTES,
PRATICIEN DE LA HAUTE MAGIE, Grand prête vaudou avec action dans
l'immédiat. Je dispose des dons et de milliers de pouvoirs et
techniques magiques terrible pour vous aider dans tous les domaines
de la vie en vous apportant une solution à tous vos problèmes:
d'Argent, Amour, Chance, Richesse, Justice, Anti balle, gloire, vente,
achat, commerce, affection, promotion sociale, désenvoutement, amour,
voyage, sortilège, Examen, Etudes etc... Je suis également spécialisé
dans la médecine traditionnelle et guérit toutes sortes de maladie et
maladie incurable par la médecine.
Je fais également le pacte avec le diable qui vous permettra d'être
heureux d'avoir tout ce que vous désirez dans cette vie sur cette
terre sur tous les plans.
Pour tout vos problèmes

si vous avez un problème veuillez me contactez par email :
maraboudubenin@gmail.com

timudjine 19/05/2012 19:04


salut, j'ai une maladie mentale depuis bientot trois ans maintenant, les médecins ne m'ont jamais vraiment dis ce que j'avais, j'en ai vu beaucoup, je bouge beaucoup, j'ai toujours bougé, même
saint.


Seulement recemment mon toubib du bout des lèvre m'a dis ça ressemble à de la schizophrénie, ça m'a deçu, ça m'a rassuré, je sais pas en fait.


j'ai lu ce que t'as écrit, je trouve que tu est une personne très forte, très courageuse et très circonspect, ce qui est un avantage dans notre situation. Moi aussi avant de tomber malade j'étais
fort, j''etait vindicatif et puissant; les gens me respectaient, je suscitais l'admiration des membre de ma famille; puis une fois malade ils m'ont tous lachés, ils ne veulent pas en parler,
j'en ai ressenti une grande honte, une grande culpabilité; depuis je suis une personne faible et miséreuse, je n'attire que l'inimitié et le mépris, je suis devenu une ombre oisive et s'en
avenir.


je me soigne, puis j'arrète, puis ça va mal, alors je reprend, je vis dans la peur, j'ai l'impression d'être enchainé, d'ètre un z/k, s'en d'autre alternative que la mort. J'ai vraiment très
peur, j'ai écrit une lettre de suicide y a pas très longtemps, puis je l'ai delete, je sais vraiment plus aujourd'hui quoi faire vraiment; si je t'écrit c'est dans l'espoire de pouvoir établir un
contact avec un malade lucide comme toi, de pouvoir discuter des symptômes, de pouvoir tirer certaine choses au claire et de m'en sortire, sache que je laisse jamais tomber un allier, je n'oubli
jamais un dette et je crois à l'intelligence du coeur. T'as mon mail, écris moi, ne m'oublie pas, ne me rejette pas.


bien à toi


s

pierre 19/11/2009 23:25


Bonjour,
Au moment où je vous écris je n'ai lu qu'un poème "au début", et je trouve émouvant et très fort ce que vous écrivez... j'ai rarement ressenti ça à la lecture d'un texte... Vous êtes doué...
Bonne continuation


Goupil 09/12/2007 22:46

C'est intéressant ce que tu dis à propos du dénouement des liens qui te reliaient à la famille, à la société, à la communauté. C'est intéressant mais c'est triste parce qu'on a l'impression que ces liens ne se sont jamais renoués. A vrai dire, c'est normal qu'ils ne se soient pas renoués exactement comme avant parce que le passé est le passé. Comme la maladie, lors de ses assauts, t'a isolée du reste du monde, peut-être penses-tu que vaincre la maladie reviendrait à renouer ces liens tels que tu les as connus. Je pense que si tu avais absente pendant quelques années parce que tu serais allée vivre ton adolescence à l'étranger par exemple ( c'est à dire si tu t'étais tenue à l'écart du monde d'avant pour des raisons non pathologiques ) le résultat serait le même, les anciens liens ne se seraient pas renoués comme avant parce que la vie est une sorte de construction permanente et qu'on ne retrouve jamais ou du moins rarement ce qu'on a vécu.Cela pour essayer de t'apporter une note d'optimisme et pour te dire qu'il ne faut surtout pas voir dans l'échec à retrouver le passé la marque indubitable de la maladie.

Cepaduluxe 11/12/2007 19:21

oui, d'accordmerciCép

Debbie 05/12/2007 20:15

Bonsoir,
Tes écrits sont de beaux poèmes pour moi. C'est drôle comme la question de la place est primordiale. Moi, dans le temps, je disais avec rage qu'on m'avait piqué ma place... J'oscille en ce moment entre dépit, résignation, et une lueur d'espoir.

Cepaduluxe 06/12/2007 21:42

merci pour le commCép