Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2006 7 14 /05 /mai /2006 20:40

Il faut dire ce qu’on sait avant de l’avoir oublié
Il faut dire ce qu’on a appris tant qu’on est pas absolument sûr que les autres le savent
Afin de ne pas perdre l’occasion de transmettre un savoir utile

C’est en étudiant la continuité des événements qu’on comprend la nature des choses dont on parle
La schizophrénie ne peut se reconnaître que dans le déroulement d’une histoire
une histoire qui se met à enfler tout à coup, une histoire qui devient difforme

Une histoire qui tourne autour d’un mot idiot, un mot scolaire et difficile
SCHIZOPHRENIE
un ensemble de symptomes, puis une maladie autonome, une maladie qui se nourrit d’elle même, et qui installe ses propres habitudes
 

MA VIE

L’enfance s’est déroulé sans encombres jusqu’à l’âge de neuf ans, puis, s’est assortie d’un ensemble de difficultés qui ont toutes pu être surmontées, au prix d’un effort d’adaptation
La schizophrénie s’est installée à 17 ans

Cela a commencé par une première phase active de perte des repères et des habitudes, perte de la mémoire de tous les apprentissages, apparation de troubles pyschomoteurs, comme une régression dans un monde primitif et hostile et la mise en place de comportements aberrants ou erronés, le tout associé à une hyperactivité intellectuelle et physique

Cela a continé par une deuxième phase, une période de stagnation dans un état quasi immobile, un état de grande faiblesse et de grande vulnérabilité proche d’un état enfantin, un état obscur extrêmement soumis, pas forcément douloureux, une sorte de non-existence
Puis, une lutte inutile et dérisoire, une lutte rageuse et pleine d’impuissance contre un ennemi qui ne se dévoile pas, et dont on finit par penser qu’il n’existe pas

Cela s’est poursuivi, et se poursuit encore par un réapprentissage, le réapprentissage laborieux de tout ce qu’il faut savoir pour connaître les plaisirs et les déplaisirs de la vie humaine, pour s’orienter dans l’espace et dans le temps, pour gérer l’insistant regard, l’insistant discours de ceux qui nous entourent, pour comprendre les tenants et les aboutissants des jeux collectifs et sociaux, pour définir ses propres projets à la mesure de ses capacités et de son environnement matériel… pour être autonome et relativement efficace

et par l’acceptation de qu’on est devenu, à savoir une quasi femme, pas tout à fait une femme mais quelque chose qui y ressemble suffisamment pour faire illusion : une sorte de créture hybride, pas vraiment entière, une créature occupée à soigner ses lacunes, qui ne sont plus que des symptômes résiduels, et qui donnent à sa démarche un caractère inhabituel, comme une maladresse définitive

(suite)

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article

commentaires