Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2006 5 08 /09 /septembre /2006 20:20


La critique actuelle de la psychiatrie s’exprime aujourd’hui en son propre sein par l’autocritique et la réflexion de médecins ou d’infirmiers qui tentent de mettre systématiquement en cause leurs pratiques afin de progresser
Elle s’exprime aussi par des revendications concernant les moyens financiers devant être alloués dans les hôpitaux ou hors des hôpitaux psychiatriques
Cette deuxième critique a tendance de plus en plus à occuper le devant de la scène et à occulter les réflexions sur les méthodes
Comme si les discussions administratives remplaçaient peu à peu les discussions médicales

La participation de patients à ces réflexions est récente et permet certainement l’avancée des connaissances
la participation de ces patients se fait notamment par le biais d’associations représentatives
dans ces associations se retrouvent le plus souvent au premier plan des personnes d’un certain âge et souffrant de troubles bipolaires ou depressifs ; les schizophrènes font rarement partie des bureaux de ces associations

La critique actuelle concerne beaucoup plus le fonctionnement de l’institution qu’autre chose
C’est le système, l’absence de structures adaptées et en particulier la carence d’appartements thérapeutiques ou de lieux d’apprentissage par le travail, l’absence de suivi du patient et la discordance entre les actions des différents intervenants auprès d’un même patient… qui font l’objet des critiques les plus importantes, aussi bien de la part des soignants eux mêmes que des patients ou de leurs familles


S’agissant de la théorie, beaucoup de questions et de thèmes restent en suspens
- les médicaments : en prendre mais ne pas trop en prendre
- schizophrénie : maladie ou handicap
- la violence des patients : de l’aggressivité intra familiale au passage à  l’acte spectaculaire
- la violence des soignants : du mépris banalisé aux abus caractérisés
- le rôle des parents et de la famille
- la thérapie : psychanalyse ou thérapie comportementale
- la psychoéducation : éduquer le malade à sa maladie au risque qu’il ne puisse plus se croire “normal”
Sur toutes ces questions, on doit le plus souvent s’en tenir à des solutions de consensus qui sont proposées faute de mieux

On sait aussi que les débats sur l’hygiène et sécurité et l’assurance qualité ont eu tendance à déstructurer certains services en remettant en cause brutalement certains usages et en interrompant certaines initiatives qui n’avaient pas encore été entièrement validées

La psychiatrie n’est pas suffisamment moderne et souffre d’archaismes tant en ce qui concerne son organisation qu’en ce qui concerne sa réflexion
cette situation crée un véritable fossé entre le monde des patients et celui des soignants d’autant plus que les personnes malades sont de plus en plus exigeantes et n’acceptent plus d’être “patients” tout au long de leur vie

Le meilleur exemple de la faillite de la psychiatrie est visible dans le désarroi des familles qui sombrent dans le déni, l’abandon de leurs enfants, où se jettent à corps perdus dans la recherche d’un nouveau médecin ou d’une nouvelle thérapeutique
ces familles ne sont pas encore bien accueillis par les médecins même si on ne les accuse plus d’avoir rendu leur enfant schizophrène
Certains patients sont eux aussi tentés de se détourner de l’institution pour s’arranger avec des médecins généralistes qui ont l’avantage d’être habitués à prendre en compte leurs patients d’une manière globale

Pendant longtemps les médecins soignaient sans s’occuper du volet social, alors même que s’agissant de la schizophrénie, le volet social est le prolongement naturel et nécessaire du soin
Mais de plus en plus les soins s’avèrent inefficaces du fait qu’ils sont annulés par les mauvaises habitudes que les patients schizophrènes développent dans leur mode de vie solitaire et inactif
L’obligation d’une psychothérapie et d’un suivi social est connue mais n’est pas encore suffisamment respectée ; beaucoup de schizophrènes ne sont encore soignés que par médicaments alors même que tout le monde s’accorde à dire que les médicaments ne soignent pas tout

D’autre part, les patients sont encore mal connus des médecins
Les représentations de ce que sont les schizophrènes sont encore parfois un peu archaique dans la littérature médicale

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans psychiatrie
commenter cet article

commentaires