Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 17:24

la psychanalyse pure est déconseillée aux schizophrènes,
à la fois parce qu’elle est très stressante et risque de favoriser une décompensation
aussi parce qu’elle nécessite une grande capacité de verbalisation que la plupart des schizophrènes n’ont pas
également parce que le transfert (le mécanisme qui fait qu’un patient rejoue avec son psychiatre certaines relations fondamentales pour son psychisme) risque de mal fonctionner

la thérapie d’inspiration analytique est une thérapie qui s’inspire des théories de la psychanalyse et qui se déroule selon un cadre classique de discussion en face à face avec un psychiatre
Elle ne diffère pas beaucoup en apparence de la thérapie de soutien (entretien entre un patient et un médecin) alors qu’en réalité elle est bien différente, puisqu’il ne s’agit pas de savoir si on va bien, quels sont les symptômes et les difficultés, mais plutôt d’arriver à mieux se connaître
C’est à dire qu’on va travailler plus sur la partie saine de sa personne et moins sur la partie malade
c’est un bon moyen de tenter de faire le ménage dans sa mémoire, de régler son compte à certains conflits larvés issus du terrain familial, de comprendre son propre mécanisme psychique afin de prévenir certaines réactions fortes que seul l’inconscient explique...
c’est une manière de se renforcer et d’éliminer des sources possibles de stress psychique et donc des causes possibles de rechute
C’est une manière de se confronter à un thérapeute différent du praticien habituel, notamment plus sévère et plus en retrait ; c’est l’occasion de se confronter à une personne relativement résistante et sévère, ce qui change de la rencontre habituelle avec un psychiatre rassurant ; en effet, pour que la thérapie fonctionne, il faut réussir à retrouver au fond de soi des vérités qui sont cachées, et pour faire cela il faut fournir un effort ; ainsi, le thérapeute ressemble plus à un entraineur sportif, parfois dur, parfois encourageant qu’à un psychiatre
Cela reste une thérapie fatiguante et destabilisante en cela qu’elle fait naitre des idées nouvelles qui risquent ensuite de tourner dans la tête ainsi qu’une petite musique et d’occuper tout l’esprit


la thérapie comportementale est une manière de traiter au cas par cas les insuffisances et les inhibitions
elle a l’avantage de permettre à la personne de trouver des solutions personnelles afin de faire face à certains frayeurs ou certaines incompréhensions
elle permet de traiter des problèmes très concrets de la vie quotidienne
elle consiste à créer de nouvelle chaines mentales d’attitudes autour de l’action problèmatique de manière à ce que cette action problématique soit encadrée et structurée par des pensées ou d’autres actions rassurantes
Certaines actions sont parfois difficiles à réaliser parce qu’elles flottent dans l’esprit, on ne peut les rattacher à quelque chose ; dès qu’on les replace dans une chaine d’événements et de pensées rassurantes, alors, ces actions deviennent à la fois moins effrayantes et plus compréhensibles
on peut ainsi travailler sur le rythme de vie, sur la mise en place d’activités réconfortantes, sur la mise en place de rituels rassurants
La thérapie comportementale peut se faire en groupe et elle ressemble parfois à de l’ergothérapie avec la particularité que dans la thérapie comportementale on a en général un objectif particulier, un symptôme à traiter

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans traitement
commenter cet article

commentaires