Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 12:00

On n’a pas besoin d’être antipsychiatre virulent,
ou antipsychiatre grognon,
ou antipsychiatre tout court
pour penser que les soignants, parfois, sont méchants et cruels


parfois on leur fait peur et on les dégoûte
et du fait de leur peur ils prennent des mesures coercitives afin de se protéger d’un danger qu’ils ont imaginé
à moins que ce soit pour se protéger d’une pollution
car certains services sont très hygiénistes et demandent aux patients-fous de se déshabiller et de ne pas avoir avec eux d’affaires personnelles
comme si la folie du patient se logeait dans son attirail et qu’il fallait lui faire perdre ses frusques et ses habitudes pour lui donner des habits neufs
des habits d’enfant propre et sage
les habits d’un nouveau personnage

parfois ils nous méprisent
ils se moquent de nous et de nos discours
ils s’amusent de notre jeunesse et de notre discordance
ils font de nous les fous d’un jeu pervers et les marionnettes d’un spectacle qu’on ne comprend pas
ils oublient qu’on les écoute
ils oublient la politesse et l’humanité et nous transforment en choses
ils deviennent les messagers d’une société cruelle et sarcastique à l’égard des fous et des débiles
ils deviennent les caricatures d’une population mal instruite qu’on a chargé d’une mission technique et qui ne sait comment s’y prendre

parfois ils ne nous connaissent pas
ils nous confondent avec un autre patient
ils ne savent ni notre âge ni notre activité ni notre goût ni notre envie ni notre maladie
ils ont oublié de lire notre dossier, ils ont oublié de s’interesser à notre vie et notre histoire, ils nous soignent que l’espace d’un instant, le temps d’apparition d’un symptôme parmi d’autres, alors qu’on aimerait tellement être soigné depuis le début, être soigné dans la perspective de notre passé triste et de notre avenir meilleur

parfois ils profitent de notre faiblesse
ils se laissent aller à certaines violences verbales et certaines arrogances
ils sont déstabilisés par notre apathie et notre manque de resistance et se laissent entrainer par leur goût du pouvoir
ils profitent de notre obéissance pour s’adonner à leurs pulsions dominatrices
ils s’inventent un rôle paternel ou moral
ils nous dominent et nous font la leçon en profitant de notre silence qu’ils prennent pour un acquiescement
ils tentent de nous imposer leurs opinions et nous font des discours politiques
ils essayent de nous séduire
ils semblent alors souffrir eux aussi de certaines maladies mêlant les troubles du caractère, les frustrations mal acceptées, et l’égoïsme

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans psychiatrie
commenter cet article

commentaires