Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2006 5 20 /10 /octobre /2006 16:50

je vais reprendre le travail prochainement sur les conseils de mon médecin
cela faisait quelques temps que je ne travaillais plus
la fièvre, la maladie et les médicaments avaient emporté mes forces
j’étais en panne d’essence en quelque sorte

c’était la première fois depuis que j’ai commencé à travailler il y a dix ans
ce n’est pas un arrêt de travail motivé par la schizophrénie mais par une maladie somatique banale

du coup, j’ai pu me replonger dans cette situation que j’ai connu des années durant :

l’inactivité
l’absence d’activité obligatoire
l’absence de service rendu à la communauté
l’absence de rôle social


j’ai parcouru le net dans tous les sens, lu quelques journaux et regardé la télévision
j’ai rapidement laissé mes horaires de vie se décaler, les heures des repas et du sommeil se modifier
j’ai rapidement pris l’habitude de répéter les mêmes gestes, de manger la même chose, de créer des répétitions
j’ai repris l’habitude de l’immobilité, de la musique, du lit, du dialogue intérieur
j’ai rapidement retrouvé tous ces travers du schizo solitaire que j’avais bien explorés autrefois
j’ai rapidement retrouvé ce rythme étrange, fait de désordre et de maniaquerie, d’absence totale de règles et de soumission à certaines habitudes, des habitudes de vieux
de vieux ou de fous
j’ai retrouvé cette manière de vivre particulière, quand on échappe à tous les regards, quand rien ne semble vraiment urgent, quand de nouvelles lois très personnelles surgies de l’intimité remplacent les lois sociales, les lois collectives

mais là, ce n’était pas la même chose,
car aujourd’hui, j’ai changé
je sais désormais ce qui est important et ce qui ne l’est pas
je sais ce qui est normal et ce qui ne l’est pas
je suis lucide et je sais mesurer les phénomènes
je sais que ma fatigue est légitime et que ma fièvre et ma maladie sont véritables
je sais à quel moment je dois me contraindre et je n’ai pas peur de me faire mal dans ces cas là
j’ai cet instinct qui m’empêche de me laisser aller à l’immobilité, l’incurie, au delà d’une certaine limite
je reste curieuse de ce qui se passe ailleurs, au bureau, là où je ne vais pas à ce moment mais où j’ai encore ma place

bref,
j’ai tout ce que je n’avais pas autrefois, le sens de la mesure, une mémoire intacte, l’instinct de survie, le désir d’aller bien, le goût pour l’action, la possibilité de maintenir par l’esprit, la parole, le téléphone… un contact avec le monde extérieur

je mesure le chemin parcouru
lentement

je sais que je suis presque guérie

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article

commentaires