Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2006 5 20 /10 /octobre /2006 16:55

il parait que les symptômes de la schizophrénie sont peu compréhensibles aux consciences extérieures

je crois qu’on doit pouvoir les appréhender en consommant de l’alcool ou en connaissant des expériences de jeûne et de dérèglement des sens

je pense qu’il s’agit d’une forme d’ivresse nerveuse, une ivresse occasionnant un dérèglement des sens, un dérèglement de la perception et du jugement, un dérèglement de la perception de sons, des images, des lumières, des formes, des odeurs, des distances, du temps, des visages et de l’importance des choses, un dérèglement donnant une place importante aux mots et aux symboles
cela crée une personnalité à la fois hypersensible au monde extérieur et en même temps très indifférente à ce monde comme si l’excès d’impressions créait une confusion, un brouillard, qui engendrait une distance et une indifférence
je pense qu’il s’agit d’un mélange expert entre une fatigue chronique, un sentiment d’étrangeté, une immaturité, une propension à s’effrayer, le goût du rêve, l’incapacité de comprendre les enjeux sociaux, une perception chaotique...
dans tous les cas, c’est une expérience dévastatrice et terriblement épuisante

mais pour bien comprendre la portée de la schizophrénie, il faut se souvenir que le dérèglement qu’elle engendre est permanent et que la mémoire de l’expérience ancienne tend à disparaître, si bien qu’un schizophrène finit par ne plus comprendre du tout les motivations des gens normaux et par ne pas se rendre compte qu’il est malade
il se désocialise dans le sens où il ne comprend plus l’enjeu des activités sociales et il perd sa lucidité
il cesse alors de s’inquiéter pour lui même et de lutter pour sa propre survie, pour la défense de ses propres intérêts, il ne se bat que pour des chimères

on peut aussi imaginer que les schizophrènes ne savent pas trier les informations qu’ils reçoivent, qu’ils ne savent pas les hiérarchiser, qu’ils ne savent pas étouffer les informations inutiles pour ménager de la place aux informations importantes et qu’ils sont ainsi assaillis d’un déluge de mots, de pensées, d’images, de sons, qui les fatiguent et les désorientent à tel point qu’ils se trouvent face à un monde éternellement étranger, hostile et plein de contradictions, à l’intérieur duquel ils n’arrivent pas à échanger le moindre sentiment et la moindre émotion, condamnés qu’ils sont à ne vivre que dans l’observation et l’intelligence théorique, la récitation de discours intérieurs, la peur et l’angoisse, ainsi que des animaux qu’on a démantibulés

on peut imaginer que tous les seuils de perception se sont déplacés, que les seuils de sensibilité sont modifiés, que les limites et les repères sensoriels ont disparus, que la machine cérébrale a perdu ses guides et ses habitudes, comme si elle s’était libérée de tout ce qui la retenait 
on peut imaginer une structure nerveuse qui continue de coder et décoder des informations en ayant perdu les repères, les échelles de mesure, les limites, les outils de comparaison… comme une machinerie folle qu’un dérèglement optimal a rendu inefficace

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans vivre avec
commenter cet article

commentaires