Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 21:15

Les récents débats politiques ont ramené au premier plan cette question lancinante
sont ils dangereux ?
sont ils des délinquants ?
menacent ils l’ordre public ?
faut-il envisager des mesures coercitives à leur encontre ? faut-il les contrôler d’avantage ? faut-il faciliter la mise en oeuvre des dites mesures ?...

sommes nous dangereux ?
sommes nous des délinquants ?

sommes nous porteurs de violence ?
oui
de rêves et de violences, de rêves infinis proches d’un absolu, proche d’un radicalisme, d’une exigeance extrême
de rêves absurdes et de frustrations, nées dans la confusion d’une vie gachée, d’une vie défaite, d’une vie mise à sac
de peurs
d’angoisses primitives
de douleurs intérieures
des douleurs qui naissent en un point du corps, qui raidissent les muscles, durcissent les os, rendent le crâne et les épaules plus durs, rendent le corps plus lourd, des douleurs qui ressemblent à des paralysies, à une hostilité, à une colère rentrée

sommes nous porteurs de violence ?
oui
de la notre et de celle des autres
les autres, nos familles, nos tuteurs, les chefs, les penseurs, ceux qui nous ont choisis pour nos faiblesses
ceux qui nous ont attribué cette place qui est la notre, la place du faible et de l’inutile
ceux qui se sont érigés en maitres, maitres de nos vies et de nos destins
ceux qui nous insultent, nous abandonnent, nous humilient, et nous caricaturent
ceux qui s’amusent de nous
ceux qui ne nous laissent pas en paix

sommes nous porteurs de violence ?
oui
d’une rigidité, d’une rusticité, d’une brutalité, d’une endurance, d’une résistance
d’un esprit primitif
d’un esprit enfantin
d’un esprit capricieux
d’un esprit immature
d’une allure étrange, faite de brusques emportements, d’un entêtement hors du commun, d’une vitalité orgueilleuse

sommes nous porteurs de violence ?
sans doute,
à force de vivre un rêve enfantin, collé le nez à la vitre, à reluquer un monde interdit, à collectionner les échecs comme autant de démonstrations d’une inaptitude acquise en catimini, à la fin de l’adolescence
à force d’errer d’incertitudes en incertitudes, d’angoisses en déraisons, d’imitations en solitudes, d’absurdités en impuissance

sommes nous violents ?
si peu
les statistiques ne nous désignent pas comme étant les agents du mal
les alcooliques nous précèdent
ainsi que les voleurs et les maris violents
peu nombreux sont les citoyens qui ont quelque chose à nous reprocher
réellement
et preuve à l’apppui

sommes nous violents ?
rarement
on nous décrit d’avantage comme des poupées de chiffon
des marionnettes fragiles
des enfants en fuite
des personnages ambigus
des théoriciens et des ambitieux
que comme des brutes et des salauds
nous avons fatigué, dégoûté, rebuté, découragé, lassé, démoralisé plus de monde que nous n’en avons réellement meurtri

sommes nous violents ?
non
pourquoi le serions nous ?

Nous sommes les porteurs d’un trouble, nous sommes les victimes d’un trouble, un trouble qui nous dépasse
nous sommes dans l’oeil d’un cyclone, dans l’oeil d’un mystère, dans l’oeil d’une maladie mystérieuse que nul ne comprend
nous sommes pleins d’incongruité et de malentendus
nous faisons peur aux apotres de la logique
nous faisons peur aux amateurs de conformisme
nous faisons peur aux compagnie d’assurance

nous sommes les témoins privilégiés d’un dysfonctionnement qui inquiète
nous ne méritons ni la pitié ni la prison
nous ne méritons ni la commisération ni la menace

nous n’avons nul besoin de solutions radicales, de solutions policières, de solutions imposées par la loi
nous n’avons nul besoin qu’une autorité s’impose à nous
les mesures coercitives nous assomment comme autant de condamnations définitives
comme autant de condamnations morales
nous qui sommes si sensibles à la morale
nous qui sommes si sensibles au bien et au mal
nous qui sommes si proches des religions
les mesures coercitives nous laisseraient penser que nous pourrions être diaboliques, possédés, maléfiques, habités par des pensées mauvaises, habités et hantés par des voix et des personnages nocturnes
les mesures coercitives nous renvoient à nos cauchemars, à des postures misérables, à des idées délirantes
les mesures coercitives nous renvoient à des vies qui ne sont pas les notres

nous n’avons pas besoin de solutions radicales
nous sollicitons une certaine indulgence
un minimum d’attention
et quelques moments d’humanisme pragamatique

nous souhaiterions que les représentants les plus modernes de la médecine et de la psychiatrie manifestent leur compétence
nous traitent chacun comme le meilleur de leur patient
administrent les soins nécessaires
le temps qu’il faudra
sans penser plus qu’il ne faut, sans s’inquiter plus qu’il ne faut, sans dramatiser plus qu’il ne faut
avec calme et tempérance

nous souhaiterions que certains se souviennent
d’un savoir acquis dans les hopitaux et les dispensaires
d’un savoir immense
et indubitable
d’un savoir médical et humaniste
nous souhaiterions que certains ne fassent pas semblant de ne pas savoir, d’être pris au dépourvu, d’être impuissants face à nous
alors même qu’ils nous connaissent
qu’ils nous ont déjà soignés et guéris à moultes reprises

nous savons que des solutions existent et certains d’entre nous en ont profité
nous savons que ces solutions ressortissent de la médecine et non de la loi
nous savons que ces solutions sont unanimement lentes, faites de patience et de propositions, de suggestions et de tentatives, d’espoirs partagés et de confidences
nous savons que ces solutions sont pacifiques
nous savons que les soins suffisent

nous méritons que des médecins, notables et savants d’une société moderne,  philosophe, riche et démocratique, nous prennent sous leur protection.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans psychiatrie
commenter cet article

commentaires

bémol 22/12/2006 15:21

et nous faisons peur à nous même.....
merci Cépadulux pour ces mots effrayants et realistes ce qui les rend encore plus effrayants!!

Cépaduluxe 22/12/2006 18:57

merci Bémol pour ton commentaire

sam body 10/12/2006 10:08

Cép, coucou et merciTu as vu le Nouvel Obs en ligne aussihttp://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/societe/special_prisons/20061209.OBS2167/20_de_la_population_carceralene_devraient_pas_etre_en_p.html

Cépaduluxe 12/12/2006 20:12

Hello Sam,oui, j'ai vu cela aussi sur ton blogje me demande comment les personnes psychotiques résistent à la prison, comment elles arrivent à supporter la violence et la surpopulation des prisons françaises...

sam body 06/12/2006 13:49

Hello Cepaduluxe, c'est étrange, je viens de commettre ce billet, il y a de curieuses transmissions de pensée.Merci pour ton billethttp://schizerrances.com/2006/12/05/petit-vade-mecum-a-lusage-des-psychiatres/

Cépaduluxe 09/12/2006 19:11

Salut Sam,c'est un sujet d'actualité en France, un sujet d'inquiétude aussisur serpsy, ils en parlent régulièrementj'ai lu ton article, je vais venir poser un commentaireà bientôtCép