Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 17:24

La parole n’est pas chose aisée
il faut prononcer correctement, ne pas se laisser envahir par sa propre voix, se laisser déborder par ses propres mots, il faut aller au bout de sa pensée, ne pas s’interrompre, ne pas non plus se laisser entrainer dans une logorrhée d’expression automatique ainsi qu’un discours qui prendrait son autonomie et s’émanciperait de son locuteur
il faut réussir à se placer par rapport à autrui, réussir à placer son propre discours par rapport à celui de l’autre, il faut pour cela être dans le même rythme que l’autre, réussir à comprendre son intention, ne pas se laisser trop entraîner par ce qu’il a dit, rester à sa place, ne pas se soumettre, ne pas répéter ce qui vient d’être dit, ne pas être trop sérieux, ne pas dire de chose étrange, ne pas être ironique, ne pas choisir un mot plutôt qu’un autre
il faut avoir envie de dire quelque chose, de le partager, de le proposer aux autres, il faut y croire soit même et avoir envie de le placer sous le regard des autres, il ne faut pas trop y tenir non plus pour ne pas avoir peur des contradicteurs

la parole est une expérience ardue, qu’on ne parvient à maitriser qu’à condition d’être maitre de son propre discours et de sa propre personnalité

au début, je ne parlais pas
pour des raisons cumulées
pour des raisons mécaniques car j’avalais mal ma salive, je respirais mal quand je parlais, j’avais l’impression d’avoir des cailloux dans la bouche, je m’entendais parler en écho
pour des raisons de compréhension des mécanismes de la discussion, car je comprenais l’organisation d’une discussion comme un jeu de question réponse et je ne comprenais pas qu’il puisse y avoir une autre forme à une conversation
par peur de dire des bêtises, car j’avais l’impression que je disais n’importe quoi
pour des raisons d’habitude, car j’avais cessé progressivement de parler depuis longtemps
et pour des raisons psychiques car je ne savais pas quoi dire et je n’aimais pas mettre ma parole en avant et lier des relations avec les autres, j’aurais préféré continuer de les regarder comme les acteurs d’un décor

après je parlais d’une manière mécanique dans le registre de la politesse
j’avais développé un certain discours assez rudimentaire concernant mon métier et ma personne, comme une leçon apprise
je me répétais souvent et j’avais vis à vis des autres des réflexes de soumissions et de répétitions de leurs propos

ensuite, parce que j’ai commencé à faire attention aux autres, à leurs paroles, leurs pensées, leurs intentions et leurs sentiments, j’ai voulu qu’ils me comprennent et j’ai tenté d’être plus précise
j’avais enfin compris l’enjeu final de la parole qui n’est pas un échange d’information mais une relation humaine portée par les mots mais allant au delà des mots, jusqu’à toucher la mémoire, la culture et l’esprit de la personne
j’ai développé une parole personnelle, une parole parfois intime, une parole plus fragile et plus juste, une parole plus humaine même si je parle relativement peu encore

je continue de parler peu
certains se moquent de moi à ce sujet
j’y vois parfois une sorte de position utile socialement : il faut bien que certains parlent peu pour laisser la parole au bavards
il faut bien que certaines se taisent et écoutent
j’y vois parfois presque une posture sacrificielle : je n’ai pas encore donné mon sang mais j’ai donné ma parole à la collectivité, je me suis mise à l’écoute

au final, je n’ai presque pas parlé pendant 20 ans, de l’âge de 10 ans à l’âge de 30 ans,
le retour à la parole m’a ouvert un monde nouveau, immense, plein de pensées nouvelles, celles des autres, plein d’émotions nouvelles, celles des autres… je crois que tant que je ne parlais pas, je n’écoutais pas non plus, je ne faisais que croiser mes contemporains sans jamais ni les entendre ni les comprendre


Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans vivre avec
commenter cet article

commentaires