Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 13:15

Certains sont malades un temps suffisamment court pour souhaiter ensuite reprendre leur vie là où ils l’ont laissée
ils se heurtent à des difficultés nouvelles du fait des séquelles neuropsychologiques, des habitudes qui se sont installées,
et du fait qu’ils ont vieilli et n’appartiennent plus à un groupe de personnes susceptibles de les accompagner…
ils se trouvent ainsi souvent en situation d’échec alors même qu’ils sont sortis de la maladie
Ils risquent de sombrer dans la dépression…

D’autres sont malades depuis beaucoup plus longtemps
et parfois depuis l’enfance
c’est mon cas
certains médecins y voient là une cause d’inquiétude mais, pour ma part, je pense que c’est une chance
je crois qu’il est parfois bon de connaitre la maladie jeune, quand on est souple, quand on n’a pas peur, quand on accepte d’être différent, quand on se flatte d’avoir un médecin, quand on apprend (comme tous les enfants malades) à devenir autonome plus tôt que les autres…
Ceux qui sont malades longtemps ne cherchent pas à recommencer une vie d’avant dont ils se souviennent mal,
ils acceptent leur handicap auxquels ils se sont habitués et construisent, peu à peu, une vie nouvelle,
une vie enrichie par l’expérience médicale, par certains savoirs artistiques encouragés dans les ateliers d’ergothérapie, par certains rêves, par une nouvelle hygiène de vie…
Ils deviennent leur propre parent et leur propre créateur en réinventant leur vie à partir des restes anciens et de ce qu’ils ont appris…
ils deviennent leur propre créateur en essayant de respecter de nouvelles règles, de nouveaux goûts, de nouveaux espoirs, en essayant de rester modeste et prudent…

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans vivre avec
commenter cet article

commentaires

Clothilde 01/04/2007 16:19

Mon avis diffère du tien. Je connais des problèmes depuis mon enfance moi aussi mais je ne trouve pas que cela ait été bon, de mon point de vue. Bien sûr, j'avais remarqué que je nétais pas comme les autres enfants mais ce constat ne m'a pas beaucoup aidée : j'en ai énormément souffert et je ne me suis jamais habituée au fait d'être en marge.
Je trouvais injuste tout ce qui m'arrivait et je ne parvenais pas à m'en dépêtrer. Il faut dire que je n'étais pas vraiment bien entourée (doux euphémisme). A présent, les choses vont beaucoup mieux mais je garde un très mauvais souvenir de mon enfance et j'aurais bien aimé goûter un jour à la normalité. Ce n'est que maintenant que je commence à devenir quelqu'un d'à peu près ordinaire, d'autant que je suis bien insérée socialement.
Félicitations pour ton blog. Bonne continuation.
Clothilde.

Cépaduluxe 01/04/2007 16:43

merci pour ton témoignagechaque expérience reste unique et l'environnement joue bien sûr un grand rôlebonne continuationCép

ioana 31/03/2007 20:37

je suis tout a fait d'accord avec ton point de vueprends soin de toia bientotioana

Cépaduluxe 01/04/2007 16:45

merciprends soin de toi égalementCép