Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 14:30
Trois prises de consciences successives, trois efforts de compréhension et d’acceptation, trois efforts de mémoire et d’intelligence nécessaires…

d’abord,
se rendre compte qu’on est malade
se rendre compte qu’on ne vit plus comme les autres, que sa propre vie est anormalement arrêtée, qu’on n’apprend plus rien, qu’on ne se développe plus, qu’on s’enferme dans une attitude répétitive et étriquée
se rendre compte que les autres n’y sont pour rien

ensuite,
se rendre compte de la nature de la maladie (la schize)
en comprendre la limite, les symptômes, en faire le tour, en découvrir le mécanisme subtil, en connaître les pièges, les rechutes, les délires, les angoisses…

et puis,
se rendre compte de la gravité plus ou moins importante de la maladie
décider de l’importance qu’on doit lui accorder
décider de la place qu’on doit lui donner dans sa propre vie
ce dernier point est probablement le plus difficile.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans vivre avec
commenter cet article

commentaires

caro 13/05/2007 22:12

bonjour,mon frère a été "diagnostiqué zchizophrène" en 1999...Soigné pendant un an (en HP deux mois à St Anne, puis en Hôpital de jour. Après, il a dit merde à l'institution psychiatrique et aux médecins et aux médicaments.Je le vois très peu. Il a certainement trouvé un équilibre ....

Cépaduluxe 14/05/2007 17:52

Bonjour, oui, il a peut-être trouvé un équilibrec'est ce que je lui souhaitec'est rare de trouver un équilibre sans aide médicale quand on souffre de schizophrénie mais c'est sans doute possible, cela dépend de la gravité de la maladie et des ressources personnelles…Cép

valerie 02/05/2007 19:18

mais le problème c'est qu'il ne se croie pas malade et qu'il ne communique plus avec moi.
je ne sais pas comment l'aborder pour lui expliquer qu'il faudrait qu'il aille voir un psychologue ou un docteur, je ne sais pas quoi lui dire et j'ai peur qu'il s'isole encore plus .
merci quand même du conseil
val

Cépaduluxe 03/05/2007 18:07

je comprendson ne peut pas forcer un patient à se soignerparfois, il faut attendre que le patient se trouve en échec pour qu'il soit obligé de se soigneron peut parfois essayer d'avoir un discours positif au sujet de la psychiatrie et de la psychologie pour petit à petit permettre à la personne malade de modifier son opinion négative sur la psybon courageCép

valerie 02/05/2007 13:04

salut !!
peut être pourrais tu me conseiller,
j\\\'ai un petit frère qui a été interné à l\\\'age de 19 ans suit à une crise délirante, il a subi ensuite un long et lourd traitement chez mes parents ou il a été diminué physiquement et moralement, il n\\\'était plus qu\\\'un légume.il a suivi son traitement pendant 1 an et ensuite a retrouvé une vie normale peu à peu et a repris ses études de kiné.

au bout de 2 ans il a commencé à rechuter , et pour nous impossible de lui parler de son état, car il était persuadé qu\\\'il allait trés bien et surtout il ne voulait plus de traitement.
mes parents suite à une seconde crise l\\\'ont refait interné mais mon frère malin s\\\'est enfui de l\\\'hopital.il a fait juré à mes parents de ne plus esayer de le faire enfermer sinon il mettrait fin à ses jours.

ensuite il est parti à tahiti pendant 4 ans .

au bout de 4 ans il est rentré, beaucoup plus calme qu\\\'avant mais malheureusement toujours malade.
il a coupé sa barbe et ses cheveux longs de 4 ans, a trouvé un studio, a acheté une petite voiture , s\\\'est occupé de toute la paparasserie pour l\\\'APL, et maintenant chercherait du travail.

que dois je faire?
il a sa vie à lui mais il ne pourra jamais trouver du travail dans cet état là, il vient à la maison toute les semaines pour que je lui fasse son linge, il parait content de voir régulièrement sa famille, mais moi je me pose des tas de questions, c\\\'est quoi qui est le mieux pour lui, rester comme ça ou le bourrer de médicaments qui serviront peut etre à rien?
comment lui faire prendre conscience qu\\\'il est malade?
si quelq\\\'un a un conseil à me demander il sera le bienvenu
merci
val

Cépaduluxe 02/05/2007 17:02

Bonjour,je ne sais pas ce qu'il faut pour ton frèresimplement, je peux dire que la psychiatrie ne consiste pas à "bourrer" les patients de médicaments jusqu'à les transformer en zombiesmême si malheureusement cela se passe parfois comme celail existe des médicaments légersil existe des thérapies qui permettent au patient d'apprendre à se contrôler et à reconnaître ses troubleson n'a pas besoin non plus de se croire "malade" pour avoir envie de prendre soin de soion peut aller voir un psychologue si on ne veut pas voir de psychiatre, on peut aussi aller s'entretenir avec un infirmier dans un centre médico psychologique (CMP), pour être un peu soutenu, pour faire le point sur sa vie au moment où l'on se lance dans un nouveau projet, pour essayer de comprendre sa propre vie, par exemple…Cép

ioana 01/05/2007 22:54

de gros bisous a toia vite

Cépaduluxe 02/05/2007 16:33

merci IoanaBisesCép

isabelle 28/04/2007 12:01

Bonjour Cép.
Que me conseillez-vous?
Mon compagnon est atteint de ce mal que vous décrivez, on est ensemble depuis près d'un an et demi
mais rien ne va plus, il est trop mal, trop de rechutes, trop de crises... qui finissent par me déprimer moi aussi.
Que dois-je faire? comment l'aider?
pour la énième fois, il est parti depuis plusieurs jours sans nouvelles...
Par avance merci à vous Cép

Cépaduluxe 28/04/2007 15:30

Bonjour Isabelle,il est fréquent que des personnes atteintes de schizophrénie aient besoin de se retrouver seules, aient besoin d'avoir leur propre espace vital, ce qui n'est pas simple quand on vit en couplepeut-être pourriez vous allez voir ensemble un thérapeute, un infirmier ou un médecin, dans un centre médico psychologique ou ailleurs, pour essayer de voir comment aménager votre relation, et  comment aménager votre espace et votre temps communen parlant avec quelqu'un qui ne vous connaît pas, vous pourriez peut-être tous les deux trouver des solutions pour que votre relation soit une aide et un partage et non pas les raisons d'un stress s'ajoutant à d'autres stressbien sûr, il faut aussi qu'il se soigne lui même pour essayer de limiter les crises ou faire en sorte qu'elles ne soient pas trop durescar on ne peut pas toujours éviter toutes les petites rechutes mais on peut faire en sorte qu'elles en soient pas trop douloureusesbon courageCép