Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 10:44

Jalousie ou véritable aversion ?
les autres, les personnnes “ordinaires”, parfois, nous font peur
leur manière d’exprimer leurs désirs et leurs craintes nous écoeurent
leurs conversations, leurs gestes nous fatiguent
leurs amitiés, leurs querelles, leurs jalousies nous semblent ridicules et obscènes
leurs soucis simples nous semblent bêtes et méchants
leurs émotions nous semblent grossières

les personnes qui vont bien nous semblent ordinaires et brutales

nous mélangeons la juste colère contre la société qui nous maltraite et nous exclut et une aversion plus intime contre les personnes que nous rencontrons

nous leur reprochons tout à la fois de participer à cette société qui nous humilie, d’en porter (et d’en colporter) les usages et les manières, les habitudes et les faiblesses
nous leur reprochons leur adaptation à une société prévue pour la survie du groupe et non celle de l’individu
nous leur reprochons leur manque d’imagination
nous leur reprochons leurs manières, issues des manières d’une société stricte et bourgeoise, exigeante et indifférente…

nous ne savons pas très bien ce que nous leur reprochons
nous leur reprochons la peur qu’elles nous inspirent, la peur et l’incompréhension…

Il faut parfois du temps pour que ces reproches cessent
pour qu’ils laissent place à une forme d’amitié un peu distante
il faut parfois du temps pour que naisse ou renaisse cette solidarité nécessaire entre eux et nous, qui formont au final une seule et même tribu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans vivre avec
commenter cet article

commentaires

Clothilde 12/05/2007 17:34

Moi aussi, il m'est arrivé d'être agacée par l'attitude des gens dits "normaux" lorsque j'étais très malade.
A présent, je me rends compte que c'était surtout dû au fait que j'étais beaucoup trop autocentrée. J'étais tellement focalisée sur moi et mon mal-être que ça m'empêchait d'accepter la façon dont les autres, ceux qui n'avaient pas de problèmes, vivaient leur vie. En fait, je me sentais trop différente, c'était comme si nous n'avions pas la même mentalité. Depuis, j'ai appris à goûter la vie et ses joies simples et j'ai compris que je n'étais pas si différente de la plupart des gens. J'ai trouvé la paix.
Bonne continuation,
Clothilde.

Cépaduluxe 12/05/2007 21:44

merci pour ton message Clothilde,c'est vrai qu'on se rapproche des autres en partageant des instants et des joies simplesbonne continuationCép

Anita 11/05/2007 19:57

Vous voyez je ne sais pas si je pourrai rester sur ma rive elle veut m'entra^ner me faire sombrer avec elle... J'ai mal  pour elle image tellement sombre de celle que j'aime tant ma première fille.. L'insouciance le rire m'a quitté j'ai peur pour elle  pour moi... Pardon de vous avoir dé rrangé... Anita.

Cépaduluxe 12/05/2007 11:49

il faut vous faire aider soit par un professionnel (infirmier, psychologue) soit par une association de familles et parents tels que l'UNAFAMbeaucoup de parents se font aider et ils ont raisonbon courageCép