Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 10:25

Il faut bien dire que la schizophrénie nous fait faire de drôles de choses
il faut bien dire qu’on devient une énigme aux yeux des autres et à ses propres yeux
il faut bien dire qu’on ne souffre pas toujours tant que cela des symptômes (au bout d’un certain temps) mais que les conséquences sont tristes, qui s’étalent sous nos yeux, du fait de la maladresse, de l’inaptitude, et de certaines négligences
il faut bien dire que le tableau n’est pas glorieux de notre vie bancale, et que les situations honteuses n’ont pas manqué…


Etre malade, quand il n’y a pas de douleur physique, quand les symptômes sont connus et stabilisés, ce n’est pas trop grave… pourvu que cela ne dure pas trop longtemps

Vivre en permanence avec une maladie invalidante, en accepter les conséquences, vivre en permanence dans cette image là, cette marginalité, cette impuissance, cette défaillance, dans cette idée d’une infirmité, d’un échec intrinsèque qui se prolonge, d’un échec par rapport au projet de vie qu’on aurait du faire, normalement, si tout avait été normal, ce projet de vie qu’on aurait pu faire si on avait eu des désirs, une volonté, et des possibilités habituelles, semblables à celles des autres…
vivre en permanence dans cette sorte d’infériorité que rien ne parvient à effacer, voilà qui est parfois un peu morose
et qui nous place dans une marginalité importante, en nous sortant de la compétition, dont on sait bien qu’elle est le moteur et la structure des sociétés modernes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans vivre avec
commenter cet article

commentaires