Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 11:10

J’ai recommencé à travailler assez tôt
j’avais encore beaucoup de difficultés,
ma vie était extrêmement simplifiée
le travail me servait de lieu d’apprentissage, me permettait d’avoir un cadre, de profiter d’un élan, celui de mes collègues, jeunes pour la plupart…
le travail me sortait de la marginalité, me permettait de profiter d’un environnement banal, ordinaire, et j’avais besoin de cela

mais des années après, alors que j’allais mieux, que je commençais à m’interroger, que je commençais à parler, que je commençais à m’inquiéter pour moi même… quand j’ai compris que j’étais malade ou, tout au moins, que je souffrais d’une déficience durable… je me suis trouvée piégée
je n’avais plus assez de temps et d’énergie pour me consacrer à une thérapie que j’ai du arrêter plus tôt que prévu

je ne parvenais pas à vivre la semaine dans la peau d’une personne ordinaire qui s’impose des efforts et une discipline intransigeante,
puis à me mettre dans la peau de la personne souffrante, face au thérapeute
je ne parvenais pas à faire ce grand écart, à gérer cette double attitude, ce double langage


c’est ainsi qu’on se rend compte qu’il y a deux stratégies souvent contradictoires
soit, on se soigne, et cela demande du temps et de la disponibilité, cela impose de beaucoup se centrer sur soi même… on risque alors de se marginaliser et de s’installer dans une position de handicapé définitif (narcissique ?) par la force des habitudes
soit, on travaille en acceptant ses handicaps et en tentant de minimiser le stress… mais on risque de ne plus pouvoir progresser, de stagner, de voir son propre développement psychique ralenti, voire même étouffé par la fatigue et le stress professionnel… on est tenté de s’imposer une vie extrêmement rétrécie… on risque de s’installer dans un métier et une vie très étriqués


évidemment,
des mi temps thérapeutiques, des lieux de travail protégés permettraient de ne pas faire ce choix tellement difficile entre se soigner ou s’insérer
ces lieux existent mais sont en nombre insuffisants
ces lieux sont pourtant essentiels

malheureusement, l’offre de soins est encore peu adaptée aux personnes qui travaillent
beaucoup de patients sont obligés de diminuer leur prise en charge thérapeutique au moment où ils reprennent une activité professionnelle
le risque de rechute est important
le risque de stagnation de son propre développement l’est encore plus, et il est peu pris en compte par les médecins

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans vivre avec
commenter cet article

commentaires

dom 16/07/2007 20:21

je te remercie pour elle, Cép. ce serait dans un éts qui travaille avec des personnes avec un handicap ; elle cotoie au centre thérapeutique une personne qui y travaille déjà, et ça se passe bien entre elles deux. Merci. dom

Cépaduluxe 17/07/2007 19:13

c'est bien qu'elle connaisse déjà quelqu'un qui y travaillede cette manière, elle ne sera pas perdueCép

dom 15/07/2007 22:54

Bonjour Cépaduluxe,
Ma fille essaie de trouver un job en milieu protégé ;  elle se fait aider pour ses cv. Si ça marche, elle y travaillerait le jour et le soir elle vivrait dans un centre thérapeutique (où elle se trouve depuis qq semaines) ; elle a fait cette démarche d\\\'elle même ; il est vrai que l\\\'encadrement est spécialisé pour la reprise d\\\'une activité et aussi sur l\\\'autonomie.
Le temps pour se soigner et aussi reprendre un job rémunéré, c\\\'est important aujourd\\\'hui pour elle.
J\\\'espère que ça marchera. Ca marchera si c\\\'est le moment.
@+
dom

Cépaduluxe 16/07/2007 19:23

je suis contente que ta fille fasse des projets d'avenirmême si sans doute elle connaitra des difficultés et des humiliataions, au moins, elle pourra rencontrer de nouvelles personnes et réapprendre à diriger sa propre vietous mes voeux l'accompagnentCép

Debbie 12/07/2007 13:06

Bonjour Cép,
Merci pour tes renseignements. Je pars en vacances demain, et reprendrai ma lecture de ton blog dans un mois à peu près. Si tu prends des vacances, je t'en souhaites des belles. A bientôt. Debbie

Cépaduluxe 14/07/2007 20:17

mercibonnes vacancesCép

Debbie 10/07/2007 09:49

Bonjour Cép,
J'ai posté un message hier soir qui n'apparaît pas, donc s'il y a un doublon, toutes mes excuses. Je pense faire un bilan de compétences à la rentrée, mais m'inquiète d'avoir des troubles de mémoire, dûs probablement à la maladie, et non pas à un traitement très léger d'antidépresseurs essentiellement. Je me trouve assez lucide sur mon état, mais me demande si les troubles de mémoire vont s'estomper, car ils sont assez invalidants: peut-être dûs aussi à mon absence d'intérêt pour presque tout. Qu'en penses-tu ? Merci. Amicalement, Debbie

Cépaduluxe 11/07/2007 17:48

Bonjour,les troubles de mémoire sont fréquents dans les maladies psychiatriques mais ils ne touchent en général qu'une seule forme de mémoire et on peut les compenser par certaines techniquespour ma part, j'utilise une ardoise à la maison et des post-it au bureau pour noter ce que je dois fairepar contre je me souviens bien des notions théoriques que je dois apprendre dans le cadre de mon travail ainsi que celles issues de mes lecturesCép

Debbie 04/07/2007 15:41

Bonjour Cép,
Merci beaucoup de tes conseils. Reste l'été à passer, et c'est long... Amicalement, Debbie