Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 10:54


Parfois, certains symptômes deviennent un socle sur lequel on s’appuie
sur lequel on fonde sa personnalité
sur lequel on fonde une attitude, un état d’esprit, une manière d’être, plus observatrice, plus sensible, plus fragile, plus onirique, plus intellectuelle, plus indépendante…
parfois, la sensibilité extrême devient une manière d’être et le prétexte à certaines attitudes plus morales et plus douces
parfois, le retour sur soi devient une attitude, permanente, acceptable, acceptée
parfois, la maladie devient un trait de caractère supplémentaire à tous les autres comme un regard supplémentaire tourné vers l’intérieur

Parfois la maladie rend plus intelligent, plus calculateur, plus dur et plus tendre à la fois
parfois, on se rend compte qu’on est devenu un pur produit de l’institution psychiatrique
parfois, on se rend compte de toutes les habitudes qu’on a prises, dans la manière de s’observer, de rendre compte de ses actes et de ses pensées à des psy, dans la manière de prendre soin de soi et des autres, de s’informer, de demeurer attentif…
parfois, on se rend compte qu’on est devenu non plus l’objet d’une maladie (son jouet) mais le produit d’un système de soin et de réflexion

Parfois on se rend compte qu’on a été façonné par la maladie et les soins, qu’on a été déconstruit et reconstruit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans vivre avec
commenter cet article

commentaires

elemento 14/11/2007 07:43

et c'est exactement ce qui se passe...On cherche nos symptômes dans le regard des autres et quand il n'y a rien on se dit qu'on a le contrôle que tout est okay ou que c'est parce qu'on arrive pas à le voir.Jamais de repos...