Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 10:25

De toute cette histoire, cette vie malade, ce dont je me souviens le plus, c’est cette indifférence, cette insensibilité de mon environnement
comme si j’avais passé ma vie à me noyer sous les yeux de personnes incouciantes
comme si j’avais traversé un paysage un peu mort.

Je ne sais pas ce que j’aurais aimé, qu’on me plaigne, qu’on me console, qu’on m’insulte…
qu’on me comprenne, qu’on m’aide un peu…

C’est curieux comme on peut vivre à côté des autre sans rien, vraiment rien, partager avec eux
sans leur ressembler, sans être aimé par eux, sans les aimer soi même… comme s’il était évident qu’on n’était pas fait pour vivre ensemble, eux et nous (eux et moi).

Souvent j’ai pensé que l’indifférence était réciproque
que petit à petit le monde répondait aux symptômes du patient
et que le monde devenait indifférent au patient indifférent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans vivre avec
commenter cet article

commentaires

Clothilde 14/09/2007 17:58

Salut, Cép !Il y a sans doute pire que l'indifférence : en effet, moi, ma mère se réjouissait de mon état. Plus j'allais mal, plus elle exultait. C'est très dur à vivre et difficile à comprendre. Par la suite, des psychiatres qui ont par mon biais eu affaire à elle m'ont dit que ma mère était une psychopathe et qu'il ne fallait plus que je la revoie. J'ai suivi leurs conseils et depuis, mon état n'a cessé de s'améliorer. Il faut dire qu'à présent, je suis très bien entourée, comme quoi il ne faut jamais désespérer.Je te souhaite une bonne continuation.A plus, 

Cepaduluxe 15/09/2007 10:18

Salut,ça c'est pas drôle effectivementbon courageCép

Debbie 14/09/2007 09:36

Chère Cép,
Est-ce que je me trompe ? Je te trouve déprimée depuis quelques posts. Ce sentiment d'indifférence, je crois, vient en partie du fait que nous vivons à côté des autres, et pas vraiment avec eux. Moi, c'est vrai qu'il y a des moments où ça me fait très mal, où ça me semble un appauvrissement terrible.
Hier soir je suis sortie à 23 heures arroser mon jardin. Dieu, que j'aime la nuit ! Il y a des moments où je suis seule et je ne voudrais partager avec personne. Je me suffis à moi-même. Un petit instant de paix.
Courage. Je te serre fort dans les bras à distance...(si ça pourrait te faire du bien, bien entendu !) Amitiés, Debbie

Cépaduluxe 14/09/2007 15:10

Bonjour,je ne sais pas si je suis dépriméece n'est pas très graveCép