Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 21:11

On prend un rendez vous et quand le jour arrive on s'y soumet,

on va bien ou on va mal ce jour là et c'est parfois conjoncturel, comme une variation dans un rythme incontrôlable, parce qu'on ne contrôle pas son humeur, et ce sont les autres qui sans doute l'enfluencent le plus, au travers de leur violence et de leur intromission, de leurs suggestions et de leurs séductions… on ne contrôle pas son humeur ni sa capacité de supporter un monde qui est bien trop grand pour nous, parce que notre sensibilité n'est pas assez forte pour se fixer une fois pour toute.

 

Donc, on arrive et on commence à se plaindre ou on se déclare en pleine forme, et pourquoi pas après tout, pourquoi n'aurait on pas le droit de mentir de temps en temps sans même sans rendre compte ?

 

Finalement, tout cela n'a pas beaucoup de sens.

On pourrait peut-être imaginer de noter chaque soir un bilan de la situation, sur une échelle de 1 à 20, comme l'échelle de la douleur que certains médecins utilisent, et faire ensuite quelque étude statistique qui paraîtrait dessiner la forme d'une vérité objective.

On pourrait n'accorder de l'importance qu'aux moyennes. Sauf que les moyennes ne s'incarnent jamais, elles ne font que dresser des points de repère autour desquels la réalité s'organise.

 

On en est donc là, face à ce médecin qui cherche encore à savoir ce qui nous tourmente, même s'il nous connaît depuis 20 ans, parce que 20, dans ce cas là, cela ne suffit pas.

On lui propose d'une certaine manière une hypothèse, et il l'accepte ou la critique, la décortique ou la subit, et on ressort de là avec une ordonnance.

 

Les consultations finissent souvent par devenir trop polis à cause de cela précisément.

On a peur de dire qu'on va mal, on a honte de dire qu'on va bien, à moins que ce soit le contraire… on se rend compte à quel point tout est subjectif, nos impressions et notre peine, notre humilaliation et notre handicap… on se rend à quel point il n'y a rien à dire, et on a pourtant tellement besoin de parler...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cepaduluxe
commenter cet article

commentaires

vicze 24/12/2016 18:18

c'est vraiment la merde tu peux le dire, cette fichue "maladie!!"...

m 08/05/2012 20:04


Tellement bien vu...