Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 17:35


J'ai essayé de nombreux neuroleptiques.

Ils ont toujours calmé mes symptômes. Ils ont toujours eu des effets secondaires qui ont poussé mon médecin à arrêter.

 

Quels sont ces effets secondaires tellement gênants qu'ils favorisent l'inobservance du traitement chez de nombreux patients et l'arrêt ou le changement décidé par les médecins ?

- les effets qu'on pourrait qualifier de "neuro endocriniens" et qui peuvent devenir très invalidants (tremblements ou akathisie, libido off, endormissement... pour citer les plus connus) ; chaque patient a sa propre réaction

- un effet que je mets à part tellement il est répandu : le surpoids qui peut entraîner des problèmes de cholestérol et glycémie et justifie qu'on fasse régulièrement une prise de sang quand on prend des neuroleptiques et qu'on a beaucoup grossi ; pareil que pour au dessus, chaque patient a sa propre réaction

- l'effet camisole chimique qui entrave les délires et les hallus mais également l'envie de vivre, l'initiative, la sensibilité, et qui du coup a tendance à favoriser une vie primitive et végétative chez des patients qui auraient pourtant besoin d'activité, dont on sait qu'elle est une bien bonne thérapie

Ces trois problèmes sont normalement bien connus des psy.
J'ai bien dit "normalement".

Ces problèmes justifient à eux seuls la mise en cause régulière des neuroleptiques par certaines personnes, animées d'intentions diverses, et qu'on rencontre notamment sur internet, dans cette grande mouvance de l'anti psychiatrie moderne, qui s'est souvent détachée du politique, mais survit malgré les décennies qui passent…

 

Ces problèmes sont compliqués encore par la question de l'incompatibilité entre certains remèdes, car le neuroleptique est rarement le seul médicament que prend un patient schizophrène

Le temps qu'on perd à trouver un traitement adapté, à trouver un compromis acceptable entre les effets bénéfiques et les effets secondaires, est considérable… cela peut se compter en années

 

Ceux qui pensent qu'il suffit de prendre ses médicaments pour aller mieux ont une vision assez sommaire de la schizophrénie.

Il faut prendre des médicaments, certes, mais pas n'importe lesquels, pas à n'importe quelle dose, et en prendre le moins possible, c'est encore l'idéal

On arrive à baisser les traitement mais cela prend du temps, souvent plusieurs années.

On arrive à supporter certains symptômes, à éliminer les facteurs aggravants de la schizophrénie tel que l'état dépressif… on arrive à beaucoup de choses… il faut être patient… ce qui prouve que ce n'est pas facile, surtout quand on est jeune et exigeant.


Partager cet article

Repost 0
Published by Cepaduluxe
commenter cet article

commentaires