Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 17:02

Le temps passe...

Les premiers articles de ce blog datent de 2005 à 2007… nous sommes aujourd'hui en 2012.

J'ai encore beaucoup de choses à comprendre.

Et je sais que je ne comprendrai pas tout. Il faut accepter le mystère de sa propre vie.

 

Je souffre probablement de ce qu'on appelle parfois la schizophrénie résiduelle… quelques symptômes, comme l'ombre de la maladie, ou la queue de la comète… quelques symptômes acceptables, qu'il faut surveiller, car on ne sera jamais totalement libre, et qu'il faut rester inquiet… inquiet et vigilant…

Quelques symptômes qu'on accepte quand on a renoncé à la perfection, quand on a cessé d'accorder de l'importance aux jugements des autres, quand on a diminué son ambition, quand on a pris des habitudes...

Tout va bien finalement.

J'ai réintégré le mondes vivants et des honnêtes gens.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Cepaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article
23 décembre 2007 7 23 /12 /décembre /2007 21:42



Les meilleures choses ont une fin


Depuis trois ans que j’écris, j’essaye d’apprivoiser certaines notions, un diagnostic probable, un vocabulaire spécialisé, des questions théoriques… je cherche à comprendre
à me comprendre et à comprendre les autres
depuis trois ans, je cherche à comprendre et je ne comprends pas mais ce n’est pas très grave,
j’ai appris beaucoup de choses qui me seront utiles…


J’ai fait toutes sortes de rencontres sur internet et je me souviendrai très longtemps de certaines personnes
je remercie ceux qui m’ont encouragée.


Je ne sais pas si je vais bien
je ne sais pas si je vais mal
je crois que tout ceci ne veut rien dire…
je suis en vie
portée par le tumulte,
probablement à l’instant le plus lucide de ma vie, le plus lucide et le plus complexe…
je suis à cet instant où je ne suis plus malade sans être guérie pour autant.


Je pars car il est grand temps

j’ai peut-être trop parlé ou plutôt trop écrit

j’ai eu l’impression étrange, parfois, de parler à la place des autres… ceux qui souffrent en silence

et je quitte internet, aujourd’hui,
sans aucun regret.


Cép

Repost 0
Published by Cepaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 15:11

mon blog est passé en v2 (version 2 de la plate forme over blog qui m’héberge gratuitement)
j’en profite pour proposer à ceux que ça intéresse les quelques outils que j’utilise quand je bidouille un peu mon css

j’ai téléchargé l’extension “web developer” de firefox qui me dote d’une barre d’outils utile pour lire des css, les valider, connaitre les noms des blocs et les formules hexadécimales de mes pages

je me fie aux recommandations du w3c figurant ici et là 

et j’étudie avec le site du zero

ps à destination des profanes : le css est le langage informatique utilisé pour créer une présentation de page web
 
Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 09:37

Les enfants sont devenus grands
ceux de mes frères

ils sont adolescents
ils entrent dans l’âge adulte
ils sont prudents et secrets
ils sont heureux et habiles
ils sont amoureux
ils participent aux conversations
ils sont intelligents

ils semblent progresser de manière continue vers la maturité

je les observe

je les vois entrer dans la vie d’adulte et la vie de couple
je pense à mon immaturité, ma solitude
je comprends alors ce qu’ils ont voulu dire, ceux qui ont essayé régulièrement de me faire comprendre que ma vie n’était pas une vie ordinaire et qu’il fallait que je m’en préoccupe
je comprends ceux qui me disent malade
je comprends mes insuffisances plus que jamais
ce miroir est cruel
ces enfants me dominent et me renvoient à mon impuissance

quand je les observe, j’ai l’impression de voir l’envers de ma vie, de voir l’inverse de ma vie, de voir ce que ma vie n’a pas été
je comprends mieux ce que je suis
je n’ai pas honte
j’ai seulement envie de m’effacer pour leur laisser la place.
Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article
12 août 2007 7 12 /08 /août /2007 10:33

j'aime beaucoup la peinture
je suis sensible aux couleurs
je suis inspirée par les formes
les formes d'une nature reconstruite par le regard et l'esprit de l'artiste

j'aime aller voir les blogs de peintres amateurs

notamment les blogs suivants

l'art blog d'Oli

la galerie d'artistes d'utopsya

l'artelier


Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article
11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 12:52
Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article
10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 21:00


Il y a 20 ans, j’entrais en psychiatrie
comme on rentre dans les ordres

je faisais sacrifice de ma vie, de ma destinée, de mon autonomie, de ma vitalité
pour connaître un autre monde, une autre vie, un silence, une image, une musique intérieure

rien n’était prévu
rien n’était volontaire

il y a 20 ans, j’entrais dans l’inconnu
dans l’incompréhensible
dans l’humiliation
dans l’imperfection
dans la solitude

j’étais jeune et raide comme un piquet
j’avais l’ambition de vivre sans concession, sans ennui, sans se plaindre, j’avais l’ambition de mener une vie active et raisonnée
j’étais cultivée, de plus en plus, insatiable, prête à lire et entendre tous les discours intellectuels que je pouvais

je perdais mes moyens sans m’en rendre compte
sans y croire
sans savoir
je perdais les moyens de grandir, de devenir un adulte confiant, sûr de lui même et de son avenir
je perdais les moyens de devenir une personne efficace et productive

je m’habituais à ce nouvel espace
cette nouvelle vie
cette nouvelle donne
j’avais choisi le camp des victimes
sans le savoir
sans le vouloir vraiment
j’avais choisi inconsciemment de vivre comme une victime, dans ce rythme  lent, ce rythme souffrant, ce rythme éternel

c’était il y a 20 ans
c’était une première hospitalisation
c’était une époque où les troubles neurologiques cachaient encore la réalité vraie du déficit
c’était une époque où les défaillances s’installaient en périphérie d’un corps à peu près sain, et le pénétraient jusqu’à faire leur nid à l’intérieur, en profondeur

j’ai parfois l’impression d’être revenue à ce point de départ
ce début
j’ai parfois l’impression d’être à nouveau dans cette situation précaire
ce moment de grande curiosité
de grande envie de vivre
ce moment où les fragilités restent peu encombrantes
laissent place à la vie
ce moment où les fragilités importent peu, ne sont pas devenu le sujet unique de toutes les questions, de toutes les précautions
ce moment de grande inconscience

j’ai l’impression parfois d’avoir fait un grand tour et d’être revenue à cette adolescence
à cet âge balbutiant.
Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 11:12

Ma vie s’est arrangée à un rythme ordinaire
laborieux
je travaille et je me repose
l’apparence est sauve

ma vie est simple et précise
stricte et mesurée
douce et agréable

j’ai quelques loisirs
je connais quelques plaisirs
quelques fréquentations amicales
auxquels j’impose une certaine distance

auxquelles je mens, aussi
car je ne veux pas qu’elles sachent
ce mal qui me ronge
cette étrange folie latente
l’absurdité de mes propos et des mes comportements, quelquefois
je ne veux pas qu’elles connaissent les circonstances de ma vie, et je suis persuadée qu’elles n’y comprendraient rien, tant elles semblent étrangères à ce genre de situations


quand tout est calme autour de moi, quand tout est habituel, alors, je vais bien
très bien
je goûte cette accalmie qui succède à  l’orage
je profite des jours heureux

il faudrait que je vive sans connaître de stress, de changement soudain, sans connaitre de surprise
il faudrait que je sois prévenue à l’avance
est ce possible ?
non
je suis condamnée à vivre dans l’impossible


la schizophrénie pour moi n’est plus une maladie mais une histoire
drôle d’histoire
des histoires au pluriel pour une vie décousue

au final, j’aurais vécu plusieurs phases, plusieurs périodes, plusieurs états nécessitant à chaque fois des soins et des méthodes différentes
une phase de repli dans l’enfance
une phase de désorganisation entre 17 et 20 ans
une phase de regression et d’abandon de soi même entre 20 et 25 ans
une phase de reconstruction, par l’hyperdiscipline et un travail très structurant, entre 25 et 32 ans
une phase de développement de soi, de découverte de certains plaisirs et de mise en place de moyens de communication (communication verbale objective et communication non verbale affective) entre 32 et 36 ans
et désormais une phase de prudence,
prudence du fait d’une maladresse résiduelle, d’une perception exagérée, d’une angoisse latente qui perdure et perdurera, je pense, très longtemps

je n’ai jamais cessé de fournir des efforts
je n’ai jamais cessé de m’occuper de moi même (à ma manière)
je n’ai jamais cessé de lutter contre cette maladie et je me suis peu souciée du reste
je suis devenue une de ces personnes qui se connaissent bien


rien n’est fini bien sûr
la rémission n’est pas une période de calme, de stagnation, d’immobilisme
c’est une période de mouvement, aussi dynamique que les précédentes,
aussi risquée, peut-être, aussi


ce sont les psychiatres qui décident du début de la maladie
ce sont les patients qui décident de la fin… quand, tout d’un coup, ils réalisent que leur vie de malade ne leur est plus adaptée, que leur vie de malade les étouffe au lieu de les protéger

je suis à la fin
j’entre dans cette période de fin qui durera peut-être longtemps
car la fin n’est pas un instant mais un moment qui se prolonge


tout n’est pas réglé bien sûr,
il y a autre chose désormais, comme un état paradoxal, un état psychotique léger, accepté, acceptable, un état qui préexistait peut-être et qui, en tout cas, s’installe avec la rémission
un état particulier fait de sensibilité et d’insensibilité, fait d’égoïsme et d’altruisme, comme un état de conscience décalé par rapport aux situations habituelles, comme un état de développement atypique, ayant laissé certaines zones en friches tout en ayant aiguisé certains domaines de perception
un état paradoxal acceptable par opposition à l’état insupportable qu’on a connu, que j’ai connu, il y a longtemps maintenant, quand j’étais cette victime despérée d’une folie et d’une raideur inexprimables


j’aimerais tourner la page.
Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 11:27

Cette impression de passer à côté
à un cheveu
de la réalité
de la vie
de la vie d’adulte
de la vie des autres
de la vie sociale
de la vie courante…
de sa propre vie

à un cheveu
cheveu d’ange, poil de dragon…
à un grain de poussière près
un grain invisible, à peine croyable, que personne n’a jamais vu

cette impression que tout se joue à un cheveu
à peu de choses
au hasard
cette impression qu’on pourrait être très différent s’il n’y avait pas ce cheveu
ce cheveu sur la langue
la langue de la pensée
la pensée ordinaire, la pensée méthodique…
cette pensée qui a fourché et ne finit pas de s’affoler

ce cheveu qui est tombé dans la soupe
la soupe qu’on buvait d’un air gourmand
en cette adolescence…
ce cheveu qui n’en finit pas de balbutier
de nous faire trébucher
de s’imposer
d’imposer sa maladresse et son ridicule

ce cheveu délirant
ce cheveu hirsute
broussailleux
ce cheveu sauvage
ce cheveu qui transforme les enfants sages en démons
ce cheveu si fin qu’on ne l’aperçoit qu’à certaines heures du jour, quand le soleil se reflète sur son fil
ce cheveu qui a grippé la machine
ce cheveu rebelle,
qui dessine une corne sur un front un peu blanc.

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 13:19

C’est une idée habituelle

comme une pensée consolante
un échappatoire
une porte de sortie
un espoir
drôle d'espoir !

c’est une pensée triste
grave, lourde et sinistre
c'est une pensée sordide
une possibilité que je m’interdis de mettre en pratique

c'est une pensée dont on a honte, parfois, et qui, d'autres fois, semble tout à fait légitime

c’est le souvenir de quelques morts
et notamment de P., le seul schizo que je connaissais, mon aîné de deux ans, fils d’amis de mes parents, dont je guettais les mouvements de remission, et dont j’appris la mort, un jour, par ceux qui me dirent un peu froidement : “il a eu un éclair de lucidité”

J’ai souvent souhaité cette mort
afin d’échapper aux humiliations qui faisaient de ma vie une chaîne de misère
bien que j'aime la vie

J’ai beaucoup pensé à cette mort qui pouvait servir de délivrance
j'y voyais là ma ligne d'horizon, proche, très proche
je la sentais venir
j'ai souvent pensé
que je vivais mes dernières heures avant le grand saut
j’ai longtemps vécu dans cet espace de grande liberté qui précède la mort
dans cet état de peur et de délivrance qui précède un grand voyage
J’ai longtemps vécu en pensant que tout allait bientôt finir
j'ai longtemps vécu dans cet état d'esprit un peu morbide…


J’ai envie de vivre aujourd’hui
J’ai envie de connaître, de visiter, de découvrir…
j’ai une grande soif de connaissances, qui nourrit largement mon envie de vivre


J’ai envie de vivre et de vieillir, de devenir quelqu’un de sage et pacifique, quelqu’un de tendre et de paisible…
pourquoi pas ?

Repost 0
Published by Cépaduluxe - dans cepaduluxe
commenter cet article